Hors-ça ou le nouveau sang

Hors-ça

Ou : Le Nouveau Sang

 

Non, je n’irai pas toiser d’autres mondes,
Et si celui-ci marche dans la nuit,
Je ne serai pas celui qui le fuit.

Non, je n’irai pas danser dans les rondes
Que l’Image entraîne avec son fracas
Dans des rêves chauds, larges, délicats.

Non, je n’aurai pas les doigts sur le glaive
Mais les mains dans le sable, et un regard
Rivé sur tout ce qui dégoûte l’art.

Non, je n’aurai plus le cœur près du rêve.
Enfin, j’avancerai, libre vraiment,
Sur ces morceaux de verre et de ciment.

Oui, j’irai marcher dans le rang des frondes
Que la lune appelle et que le vent suit,
Que le roi déchire et que le ciel cuit.

Oui, je valserai dans ces eaux fécondes,
Au milieu des tollés et des broncas,
Déliré par le cri des harmonicas.

Oui, j’aurai les poings gantés par la sève,
Les mains sales, l’œil crevé par le dard
Du réel ! Du réel ! Lavé l’œil, du fard !

Oui, j’aurai le cœur cognant pour la Grève ;
Et plus jamais aucun enchantement
N’aura ma voix pour dire ce qui ment !

 

Jean Belmontet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s