Réincarnations, de Gary Sherman (1981) – Hallucinations Collectives 2017

Dans la petite ville de Potter’s Bluff, d’étranges meurtres, visant des touristes de passage, sont accomplis. Le shérif se lance à la poursuite du tueur.

Gary Sherman voulait tourner une comédie fantastique, refusant les codes du slasher et ses effusions de sang en allant jusqu’à éliminer la couleur rouge de tous les plans (on raconte, pour l’anecdote, qu’il avait même fait repeindre les feux arrière des voitures). Les producteurs l’auraient pourtant obligé à tourner des scènes gore en voyant le résultat final. La version que nous avons pu voir comporte donc des meurtres qu’il a tourné de façon volontairement risible et comique – comme si, pour une fois, l’esthétique nanar était assumée, de façon à dire merde aux producteurs. Réincarnations est ainsi un film presque à la marge, dont la légère bizarrerie étonne et amuse.

Les qualités formelles du film sont assez anecdotiques, et le film brille plus par la peinture d’une petite ville aux habitants dérangés et bizarrement tous passionnés de photographie. L’enquête piétine, parce que le shérif ne peut se fier à personne – où plutôt, c’est le spectateur qui s’en méfie, quand il continue de faire confiance à ses voisins et amis. Très vite, le macabre surgit, et Potter’s Bluff devient une ville à la Twin Peaks, revisitée par Lovecraft, où on croise le gars décédé la semaine dernière à la station-service et où l’institutrice enseigne le vaudou à ses jeunes élèves.

Le film s’achèvera sur une scène surprenante d’enterrement, et où le visionnage d’un film dans le film apportera un twist final étonnant. Si Réincarnations n’est pas un chef-d’oeuvre, et qu’il souffre même d’un certain désamour parmi les fans du genre, c’est qu’il est un peu à cheval entre les genres, ce qui en fait un objet d’autant plus intéressant. On lui reprochera cependant un rythme assez inégal et des scènes de meurtres assez ratées, alors voilà : fuck les producteurs, laissez faire les artistes.

Note : 3,5/5

Piotr Sobkow

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s